Frank Ferrari, au cœur de la coordination des dons d’organes
frank ferrari, au cœur de la coordination des dons d’organes

Frank Ferrari, au cœur de la coordination des dons d’organes

Frank Ferrari, à Paris, le 16 juin 2022. Frank Ferrari, à Paris, le 16 juin 2022. JULIE GLASSBERG POUR « LE MONDE »

Ce matin de printemps, une mère et sa fille d’une vingtaine d’années sont reçues dans le service des polytraumatisés de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. La veille, à 22 h 30, leur fille et sœur, Marguerite, âgée de 16 ans, a été renversée par un camion en allant au cinéma avec ses copines. Elle a été transférée aux urgences de l’hôpital parisien. Le scanner révèle de graves atteintes cérébrales. « Des examens très approfondis ont été faits cette nuit, le saignement est tellement grave que le cerveau de Marguerite a été endommagé », annonce Frank Ferrari, infirmier coordinateur de prélèvements d’organes et de tissus à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP). Les deux femmes’effondrent.

« Il y a deux façons de décéder, soit le cœur s’arrête, soit c’est le cerveau, ce qui est le cas de Marguerite. Elle est en état de mort clinique et encéphalique », ajoute Thomas, interne en médecine. Face à l’irruption de cette mort violente, Frank Ferrari explique, parle posément : « Ce sont des moments très difficiles, ce qui se passe est très très grave, c’est irréversible. » Le temps semble suspendu.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Greffes d’organes : les retards liés à la pandémie persistent

Ce qui se joue lors de cet entretien de quarante-cinq minutes est une simulation plus vraie que nature. « Savez-vous si votre fille, votre sœur, s’était opposée de son vivant au don de ses organes et de ses tissus ? », questionne doucement Frank Ferrari, qui joue son propre rôle. La mère et la sœur sont respectivement jouées par une infirmière et une aide-soignante. Ces séances, environ deux par mois, sont utiles pour l’équipe, et pour les réanimateurs.

« La temporalité dans la question du don d’organes est primordiale, l’annonce du décès ne doit pas être escamotée. Nous devons avoir le temps de prendre le temps malgré le contexte d’urgence », insiste Frank Ferrari. Face à l’impensable, certaines familles n’entendent pas, peuvent être dans le déni, voire le refus ou l’agressivité.

Le but est de rechercher une éventuelle opposition au don. « Il faut ancrer l’idée du civisme en santé et encourager chacun à en parler », insiste Emmanuelle Cortot-Boucher, directrice générale de l’Agence de la biomédecine (ABM) en amont de la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe, et de reconnaissance aux donneurs, le mercredi 22 juin.

Volontés du défunt

La loi stipule que nous sommes tous des donneurs présumés d’organes et de tissus (cornée, vaisseaux, épiderme, valves, tendons…), sauf si nous avons exprimé notre refus de notre vivant, en étant inscrit au registre national des refus ou en en ayant informé nos proches. Dans les faits, « la demande est toujours faite à la famille ou aux proches de témoigner des volontés du défunt », explique Frank Ferrari.

Il vous reste 70.9% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Go to the source link

Check Also

Who wants to be a billionaire? Most don't -- which is good news for the planet -- ScienceDaily

Hubble reaches new milestone in mystery of universe’s expansion rate — ScienceDaily

Completing a nearly 30-year marathon, NASA’s Hubble Space Telescope has calibrated more than 40 “milepost …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.